top of page

Parfois, nous tirons des conclusions extrêmes et définitives

Parfois, nous tirons des conclusions extrêmes et définitives, suite à un événement traumatisant que nous avons vécu.


Exemples:

1) Quelqu'un rompt les liens avec sa mère ou même avec toute sa famille suite à une dispute qu'il a eue avec elle.

2) Une personne décide de réduire ses liens avec la société parce qu'elle a été victime d’un cas où elle s’était ridiculisée.


Dans ces deux cas, la personne peut avoir eu raison dans la dispute qu'elle a eue avec sa mère, et peut-être pas. Il en va de même pour celui qui a coupé les ponts avec la société : on s'est peut-être moqué de lui « à juste titre » (parce qu'il avait agi de façon lunatique) ou « à tort » (parce qu'il a eu affaire à des méchants). Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit mais du fait qu’à la suite d’un évènement traumatique nous a amené à prendre des décisions extrêmes, dont nous sommes les premiers à en subir les conséquences.


Dans le premier exemple, peut-être que la personne a déduit de la dispute avec sa mère que celle-ci ne l'aimait pas, ce qui n'est pas vrai du tout. Sa mère aura beau s'excuser, la supplier de revenir, rien n'y fera ! Il ne reviendra pas sur sa décision. Même si dans son for intérieur, il reconnait que sa décision de rompre le contact avec elle était mauvaise, il ne reculera pas car s'il le faisait, cela nuirait à son amour-propre.


Ainsi va la nature humaine ! Si une personne pense qu'elle a raison pour quelque chose, alors elle pense qu'elle doit avoir raison pour tout. Il ne veut pas tolérer l'idée que peut-être ici et là il s'était trompé parce que cela le plongerait dans l'angoisse. Pire! Il est même prêt à déclarer qu'il a fait des erreurs tout au long, mais pas qu'il a fait des erreurs ici et là.


On voit bien cela avec nos positions politiques : si nous étions vraiment honnêtes avec nous-mêmes, nous devrions reconnaître qu'il y a du vrai aussi bien dans ce que dit la gauche que la droite. Qu'en ce qui concerne certaines décisions, le parti que nous avons choisi avait raison et qu'en ce qui concerne d'autres, il avait tort. Mais non! La plupart des gens décident de voter à gauche, à droite ou au centre. Et dès lors, ils s'épargnent la peine qu'implique le fait de se remettre en cause en permanence.


Je veux souligner ici un fait et c'est que les gens se comportent plus émotionnellement que rationnellement.


Dans le deuxième exemple, la personne a conclu qu'elle n'était « pas sociable ». J'ai été de nombreuses années dans ce cas : à cause de certains cas où mes amis s’étaient moqués de moi (peut-être à juste titre), j'ai décidé que tout le monde me détestait et que la seule façon de réduire ces cas à néant était de ne parler à personne. Je n'avais pas remarqué les choses suivantes :

- Si je me tais, je ne fais qu'exacerber le problème : les gens vont vraiment conclure que je ne suis pas sociable.

- Si je m'accepte et que je me pardonne quand je fais des gaffes, alors les autres m'accepteront aussi et l'oublieront. Au contraire, si je suis prêt à accepter les bêtises que je fais, je serai traité comme quelqu'un qui a le sens de l'humour.

- Si je regarde autour de moi, alors je me rendrai compte que nous faisons tous parfois des erreurs, mais nous n'avons pas tous assez confiance en nous pour passer cela à l'ordre du jour.

Recent Posts

See All

Maelle Zk Bonjour, je me pose une question; quand je croise certaines personnes que je connais dans les couloirs de mon travail ils baissent la tête. Qu'est-ce que ça voudrait dire car j'ai l'impressi

Je souffre de problèmes de concentration depuis des années. Je n'ai jamais reçu le diagnostic de TDAH (Le Trouble Déficit de l'Attention/Hyperactivité), donc je n'ai jamais été traité spécifiquement p

On m’a envoyé un texte sur WhatsApp qui m'a beaucoup fait rire. Je l'ai envoyé à des amis. Ils ont adoré aussi. Après cela, j'ai envoyé à l'un de ces amis une réaction sérieuse sur ce que le texte imp

bottom of page