top of page

Comment réagir lorsqu'on vous a offensé?

Dans ce billet, nous parlerons de blessures d'amour-propre, lorsque nous sommes offensés, vexés, humiliés, moqués.


Une sensation désagréable apparait lorsque vous êtes offensé, ou plus précisément lorsque vous vous sentez offensé: souvent, ce n'était pas l'intention de la personne de vous offenser mais elle n'a même pas réalisé qu'elle vous avait blessé. Cette sensation peut vous accompagner pendant des heures, des jours et parfois des années, selon non pas, comme nous le verrons, la gravité de l'offense, mais votre réaction à celle-ci.


Dans cet article, nous essaierons de comprendre ce qu'est l'humiliation. Que nous arrive-t-il lorsque nous sommes offensés? Quelles sont nos façons de lutter contre une offense? Les mauvaises réactions que nous avons parfois tendance à avoir, et les bonnes réaction qui nous permettent, si ce n'est d'annihiler complètement ce sentiment, du moins de "l'apprivoiser": apprendre à vivre avec.


Qu'est-ce que l'humiliation?

L'humiliation est un sentiment d'inconfort mental et en particulier un sentiment de perte de dignité, qui est causé à une personne en raison de l'attitude d'autrui: envers lui, son comportement ou toute caractéristique qui lui est liée.


Que nous arrive-t-il lorsque nous sommes offensés?

Lorsque nous sommes offensés, notre réaction est d'abord et avant tout émotionnelle: colère, tristesse.


Les mauvaises manières de lutter contre l'humiliation:

Répondre par la violence physique ou verbale à la personne qui nous a offensés ou se venger sur la personne de manière plus planifiée et sophistiquée. Quel est le problème avec une telle réaction? Même si notre vengeance réussit, elle ne supprime pas le sentiment désagréable en nous; elle peut même le renforcer. D'ailleurs, si l'autre côté réagit comme nous, nous pouvons entrer dans un cercle vicieux d'humiliation-vengeance.


Quelle est ma position personnelle?

Si quelqu'un me fait du mal, j'essaye de distinguer deux choses:

1) Les dommages réels qui m'ont été causés.

J'essaie définitivement d'éliminer ces dommages, ou du moins de les réduire autant que possible.

2) L'humiliation que j'ai ressentie.

Contre cela, j'essaie de ne pas me venger malgré ma tentation de le faire.


Exemples:


1) J'ai été victime d'une escroquerie il y a trente ans en France (environ dix mille francs de l'époque). Plus que la perte d'argent, j'ai été blessé par l'humiliation que j'ai ressentie après les sentiments d'espoir et d'enthousiasme, qu'avaient suscité en moi les promesses mensongères de l'escroc. J'ai cherché tous les moyens légaux à ma disposition; je me suis tourné vers tous ceux vers lesquels je pouvais me tourner, j'ai rassemblé des preuves, le tout sans l'aide d'un avocat; tout cela, jusqu'à ce que le parquet ouvre une enquête contre l'escroc, ce qui l'a forcé à me rendre mon argent. (Sans que celui-ci admette, bien entendu, qu'il m'avait escroqué.) Maintenant que toutes les preuves étaient entre mes mains, j'aurais pu publier l'arnaque à tous ses clients potentiels, contacter un avocat, lui intenter un procès et ruiner son entreprise. Je n'ai pas fait cela et je ne le regrette pas.

2) La directrice de mon ancien club m'a lancé une insulte raciste: "Sale Français!". Quand je lui ai crié dessus, elle a eu le culot d'appeler l'officier de sécurité, et non seulement cela, mais encore elle s'est adressée à mon psychiatre en lui demandant d'enregistrer la chose comme un incident exceptionnel. Je me suis défendu, bien sûr, autant que je le pouvais et comme c'était mon droit de le faire. L'officier de sécurité s'est rendu compte que je n'étais pas du tout en crise, et le psychiatre a également été convaincu que c'était la directrice qui aurait dû être blâmée. Au-delà de cela, j'aurais pu me plaindre d'elle, rassembler des preuves contre elle auprès des autres membres du club qui la détestaient, et tenter de la faire renvoyer, mais je ne l'ai pas fait, et je ne le regrette pas. Qu'est-ce que cela m'aurait apporté? Que des ennuis!


Les bons moyens de lutter contre l'humiliation:

1) Trouvez des pensées positives contre les pensées négatives évoquées par l'offense: Acceptez les dommages qui nous sont causés dans leurs vraies proportions et tirer des leçons pour l'avenir, afin qu'un cas similaire ne se reproduise plus.

2) Contacter un ami ou un parent en qui nous avons confiance. Par exemple, qui nous confie qu'il a lui aussi fait face à la vexation, dans un cas semblable, qui nous réconforte, comprenne notre souffrance, nous réconforte ou bien nous critique de manière constructive et réfléchie.


Exemple:


J'ai entendu une conférence intéressante et instructive sur zoom à propos de l'Initiative de Genève, un jour avant la nomination de Biden.

Lors de l'appel zoom, j'ai posé une question dans le chat, qui, à mon avis, était pertinente, ni hors sujet, ni ridicule. L'animateur, en passant en revue toutes les questions, n'a pas répondu à ma question. J'ai été offensé.

Je me suis dis:

- Il n'a pas eu le temps de répondre à toutes les questions.

- Il y a des questions d'autres personnes auxquelles il n'a pas non plus répondu.

- Peut-être qu'effectivement, il n'aimait vraiment pas ma question, et alors?

- De toute façon, je ne connaissais personne dans l'assistance, et je ne les reverrai plus.

- J'en ai tiré une leçon: la prochaine fois, j'attendrai d'avoir estimé le genre de questions, qu'il était d'usage de poser dans ce groupe avant de me risquer à poser une question.


Je l'ai dit à ma sœur Ariella, et voici ce qu'elle m'a répondu:

Ariella: Je dis que ça fait mal - à tout le monde! - Quand quelqu'un vous ignore ou vous rejette, et que la seule chose que vous pouvez faire est simplement de constater cette émotion et de vivre avec elle, ne serait-ce qu'une minute sans s'arrêter, puis elle disparaîtra: les émotions changent constamment.

Il est clair pour moi que l'animateur n’a pas ignoré la question parce qu’elle n’était pas assez bonne mais parce qu’il avait une limite de temps à respecter. Ou encore parce que la question nécessitait une réponse plus longue et qu'elle n'entrerait pas dans le temps imparti.


Moi: Il y a juste une chose, sur laquelle je ne suis pas d'accord avec toi (ou peut-être je ne t'ai pas bien compris) c'est que ce sentiment disparaîtrait de lui-même:

Lorsqu'une personne est blessée (parce qu'on ne lui a pas prêté attention, parce qu'elle a été trahie, parce qu'on s'est moqué d'elle), alors:

- Pour ceux qui l'ont offensée, c'est juste quelque chose qui sera oubliée le lendemain ou dont ils se souviendront avec humour.

- Mais pour celui qui a été blessé, il s'en souviendra beaucoup plus longtemps, pensera à la vengeance; cela le mettra de mauvaise humeur pour exécuter des choses qui n'ont rien à voir avec l'offense dont il a été victime, et il se retournera peut-être vers l'alcool, la drogue et même le suicide.


Sommaire:

Nous avons vu que l'offense était un sentiment désagréable, dont nous pouvions sortir parfois diminués mais parfois aussi grandis et plus expérimentés, si nous le combattons efficacement.


J'aimerais lire des exemples où vous vous êtes senti offensés.

Comment avez-vous géré cela?


Recent Posts

See All

Maelle Zk Bonjour, je me pose une question; quand je croise certaines personnes que je connais dans les couloirs de mon travail ils baissent la tête. Qu'est-ce que ça voudrait dire car j'ai l'impressi

Je souffre de problèmes de concentration depuis des années. Je n'ai jamais reçu le diagnostic de TDAH (Le Trouble Déficit de l'Attention/Hyperactivité), donc je n'ai jamais été traité spécifiquement p

On m’a envoyé un texte sur WhatsApp qui m'a beaucoup fait rire. Je l'ai envoyé à des amis. Ils ont adoré aussi. Après cela, j'ai envoyé à l'un de ces amis une réaction sérieuse sur ce que le texte imp

bottom of page