top of page

Comment faire face à l'ennui et à la surcharge de travail?

Comment faire face à l'ennui et à la surcharge de travail? Est-il juste de parler de ces deux problèmes dans le même article? Après tout, ce sont deux problèmes opposés! Mais non! Ils décrivent tous les deux des sentiments désagréables: dans le premier cas, votre journée est gaspillée sans que vous ayez de l'excitation et de l'intérêt et dans le second cas votre journée est gaspillée parce que vous ne pourrez pas faire ce que vous pensez devoir faire à un moment donné. Les deux sont causés par l'anxiété, et comme je l'ai écrit à plusieurs reprises dans ce blog: La résolution de l'anxiété ne passe pas par la prise d'anxiolytiques, mais par le traitement de la raison qui a causé l'anxiété.


(Au fait, je vous suggère également de lire ce que j'ai écrit dans le post "Comment faire face aux problèmes de la vie" sur l'anxiété dans ces cas:

- Être trop paresseux pour faire quoi que ce soit

- Être trop occupé pour tout faire)


Comme vous le verrez, la vraie raison est complètement différente de la raison que nous avons tendance à croire:


1) On ne s'ennuie pas:


- (Les mauvaises raisons que nous nous donnons):

Parce qu'on n'a rien à faire, parce que rien ne nous intéresse, parce qu'on ne vaut rien, ou il n'y a rien d'intéressant pour les gens de notre âge, dans notre ville ou dans notre pays ...


- Mais (La bonne raison): Parce que nous ne nous sommes pas demandés: "Quels sont nos objectifs à ce stade de la vie?" Nous développerons cela plus tard. Nous nous rendrons compte que lorsque nous posons cette question et y répondons, les idées qui nous viennent sur "Que faire" viennent par paquets et à une vitesse fulgurante. Nous passons rapidement à la sensation agréable que nous ne nous ennuyons pas du tout et que notre emploi du temps est chargé (Satisfaction). Nous passons également au bout d'un moment au problème inverse: "Nous avons trop de charge de travail!" Mais comme vous le verrez également, ce problème est également résoluble!


2) De plus, nous ne souffrons pas de surcharge de travail:

- (Les mauvaises raisons que nous nous donnons):

Parce qu'il n'y a que 24 heures dans une journée, parce que nous n'avons pas l'énergie des autres ou celle que nous avions autrefois, parce que nous sommes trop jeunes, trop vieux, trop faibles, trop stupides ou trop malades, parce que le travail que nous avons fait nous-mêmes ou que nous nous sommes imposés est trop dur ...


- Mais (La bonne raison) Parce que nous ne gérons pas nos priorités correctement.


Tous les êtres humains, aussi bien les plus occupés que les plus oisifs, passent de périodes d'ennui plus ou moins longues à des périodes d'inaction plus ou moins longues avec des périodes de transition de satisfaction.


Nous avons besoin de savoir:

- Que c'est tout à fait normal.

- Que ça arrive à tout le monde! (des plus actifs aux plus inactifs)


Le sentiment d'ennui est tout à fait normal et arrive à tout le monde, même aux personnes les plus actives. Comme toute anxiété, ce n'est qu'un signal que nous devons modifier ou peut-être affiner les tâches que nous nous sommes assignées. De même, le sentiment d'être "trop occupé" est également tout à fait normal et arrive aussi à ceux qui ne font pas grand-chose. Encore une fois, il ne s'agit que d'un signal que nous devons repenser nos priorités. Par exemple, nous pouvons abandonner sans vergogne certaines choses qui peuvent être importantes pour nous dans une certaine mesure, mais qui ne sont pas d'une priorité absolue pour le moment.


Vous entendez plus de gens se plaindre d'avoir trop de choses à faire que trop peu. La raison en est que cela flatte leur ego. ("Regardez-moi comme je suis occupé!")


De même pour ce compliment à notre ego, il faut une certaine humilité pour passer de ce que j'ai décrit plus tôt comme de mauvaises raisons que nous nous donnons aux vraies raisons. (Parce que les mauvaises raisons nous flattent). Même si nous apprenons les vraies raisons, nous de nouveau à chaque fois dans les sentiments d'ennui ou de surcharge de travail. À chaque fois, nous devrons nous souvenir du remède à ces problèmes.


Exemples:


Tout d'abord, un exemple personnel: apprendre l'anglais

Dernièrement, j'ai décidé de travailler à l'amélioration de mon anglais. Les raisons en étaient:

- Parce qu'avant ça, je souffrais d'oisiveté, ce qui était source d'ennui.

- Parce que j'aime cette langue.

- Parce que je veux rayer de ma mémoire les situations où j'ai échoué dans mon travail, juste parce que je ne maîtrisais pas assez bien l'anglais.


Au début, j'ai abordé cet objectif avec enthousiasme. Je me suis inscrit à un cours de conversation orale avec un professeur particulier trois fois par semaine, et en même temps j'ai cherché et trouvé plusieurs sites où l'anglais était enseigné.


Après un certain temps, j'ai commencé à m'enthousiasmer à l'idée d'étudier. Jusqu'à ce que je voie que je n'avais pas assez de temps pour terminer tous mes devoirs.


Comme je me connais par le passé, dans ce cas, j'aurais eu tendance à paniquer à cause de la surcharge de travail, et devenir accro à cette activité au détriment d'activités beaucoup plus importantes. (Ici encore, un exemple de mauvaises raisons que nous nous donnons).


Au lieu de cela, ces pensées positives me sont venues:

- Ne panique pas! Personne ne te met la pression!

- Ne sois pas aussi accro à l'anglais que tu l'étais naguère pour les échecs quand tu étais jeune. Si tu deviens accro, ce sera au détriment d'autres choses importantes, et sache que ce ne sera pas non plus bon pour l'objet de la dépendance lui-même (apprendre l'anglais dans ce cas), qui deviendra routinier et inefficace au lieu de se renouveler à chaque fois.

- Ne sois pas perfectionniste! Après tout, tu ne parleras jamais comme quelqu'un dont c'est la langue maternelle. Rappelons à nouveau l'exemple des échecs: je rêvais jadis de devenir un grand champion. Cela et rien d'autre!


Alors, j'ai décidé de ralentir. Jusqu'à ce que je m'ennuie à nouveau: je m'ennuyais à entendre des leçons de prononciation ou de grammaire. Alors, j'ai pensé à ajouter quelque chose à mes objectifs d'étude. J'ai décidé de traduire tous mes articles en anglais et en français. En même temps, j'ai trouvé des correspondants avec qui, je corresponds en anglais. En raison de ce changement que j'ai apporté à mes objectifs, je suis passé à une période de satisfaction.


Quand l'ennui est revenu, je me suis fait la réflexion suivante:

"En somme, on peut tout faire avec l'anglais: lire des journaux, des livres, écouter des podcasts et des films. Ce faisant, on se livre à une grande variété de choses" (on ne devient pas accro).


Jusqu'à présent, vous avez vu le cycle: Ennui -> Changement d'objectif -> Satisfaction -> Surcharge de travail -> Changement de priorités -> Satisfaction ->Ennui, etc.


Deuxième exemple: l'apprentissage de la Torah.


Dans cet exemple, je parlerai des objectifs des étudiants dans leurs études sacrées, à mon avis. Comment la gestion de ces objectifs pour chaque personne peut être menée de manière idéale pour s'inscrire dans le cercle:

Ennui -> Changement d'objectifs -> Satisfaction -> Surcharge de travail -> Changement de priorités -> Satisfaction -> Ennui, etc.


Je sais que certaines des choses que j'écris sont très éloignées du sujet de notre article: l'ennui. J'espère juste que je ne vous ennuierai pas, chers lecteurs! 😊


Introduction:

- Je mentionnerai ici que je suis laïc, mais que comme tout un chacun, je m'intéresse aux questions de moralité.


- J'ai remarqué que toutes les religions en commençant par le Judaïsme, en passant par le Christianisme, l'Islam, l'Hindouisme, et le Bouddhisme qui si je ne me trompe pas, ne prétend pas être une religion, ainsi que toutes les philosophies laïques respectent les mêmes valeurs: vérité, justice, beauté, liberté , l'amour du prochain... et il n'est pas étonnant que ce soit le cas: car tous les prophètes et tous les philosophes se sont penchés sur la même chose, à savoir: l'âme humaine, et sont donc parvenus aux mêmes conclusions.


Il n'est pas évident que ce soit le cas. Il y a bien eu des philosophies qui plaidaient en faveur d'un ordre de valeurs différent: par exemple, le nazisme qui enseignait la valeur de la "Race supérieure" qui transcendait des valeurs telles que la liberté, la vérité et l'amour du prochain. Mais ces philosophies ont fait faillite très rapidement.


Deux autres choses à propos de ces valeurs:

- Elles sont relatives et évoluent avec les connaissances accumulées dans la science et l'esprit du temps. Par exemple, concernant la vérité: ce qui est juste pour une personne en particulier n'est pas nécessairement vrai pour une deuxième personne.

- En conséquence, lorsqu'il y a une contradiction marquée entre un commandement particulier et une valeur humaine telle que celle que nous avons mentionnée, la valeur et non le commandement doit être respectée. Dans le judaïsme, par exemple, il y a la règle: "Sauver des vies prime sur le Shabbat". (Les réformés vont encore plus loin dans l'adaptation des commandements à l'esprit du temps). En revanche, on peut penser aux crimes les plus horribles commis au nom de Dieu. Dans ce cas, les gens ont préféré l'interprétation mot à mot à son esprit.


Pourquoi avez-vous réellement besoin d'étudier la Torah?


Si je pose une telle question à un religieux fanatique, il me répondra que ma question elle-même relève du sacrilège:

- Que signifie "Pourquoi devrait-on étudier la Torah?" Parce que la Torah est sacrée!

- Et pourquoi est-ce sacré?

- Parce que Dieu l'a écrit!

- Où est-ce qu'une chose pareille est-elle écrite?

- Dans la Torah!

- Et pourquoi cela doit-il être vrai si c'est écrit?

- Parce que la Torah est sacrée!

- etc.


J'espère que mes amis religieux me pardonneront mon humour noir. Encore une fois, je respecte les valeurs humaines et avec elle la Torah qui a traduit ces valeurs en commandements que nous devons observer. Et respecte également une religion comme le Christianisme d'après lequel, la promesse faite à Israël dans ce qu'il appelle "l'Ancien Testament" (que nous appelons la "Bible") a été étendue à toute l'humanité.


Alors, quels sont les objectifs différents et changeants au fil du temps dans l'étude de la Torah, à mon avis?


Par exemple:

- Savoir adapter notre comportement à ce qui est écrit dans la Torah. Cet objectif ne peut pas être le seul objectif de l'étude de la Torah. Parce que sinon, il suffirait que seuls quelques grands hommes de la Torah l'apprennent et disent aux autres comment se comporter, et non que tout le monde apprenne la Torah, même les personnes les plus simples.

- Respecter la tradition. La tradition est une chose si importante que la grande majorité des laïcs l'observent, chacun à sa manière. Après tout, s'il n'y avait pas le Seder de Pâque, par exemple, nous ne sentirions pas les cycles du temps et il n'y aurait aucune raison de rassembler toute la famille au moins une fois par an.

- Assurez sa place dans l'au-delà. Si vous avez lu ce que j'ai écrit dans le post "Ma vision de la mort", je sais qu'il y a un Au delà. (Et je dis "je sais qu'il y a" et non pas "je crois qu'il y a", tout dépend du sens que nous donnons au terme "Au delà ". Lisez ce que j'ai écrit dans le post.

- Apprendre tout le temps à adapter nos valeurs éternelles à l'esprit des différentes époques.


Recent Posts

See All

Maelle Zk Bonjour, je me pose une question; quand je croise certaines personnes que je connais dans les couloirs de mon travail ils baissent la tête. Qu'est-ce que ça voudrait dire car j'ai l'impressi

Je souffre de problèmes de concentration depuis des années. Je n'ai jamais reçu le diagnostic de TDAH (Le Trouble Déficit de l'Attention/Hyperactivité), donc je n'ai jamais été traité spécifiquement p

On m’a envoyé un texte sur WhatsApp qui m'a beaucoup fait rire. Je l'ai envoyé à des amis. Ils ont adoré aussi. Après cela, j'ai envoyé à l'un de ces amis une réaction sérieuse sur ce que le texte imp

bottom of page