top of page

Un petit tuyau contre la paresse

Que faire contre la tendance à remettre au lendemain, à être en retard ou à ne pas faire les choses du tout, des choses très simples comme sortir du lit, s'habiller et se laver, à une tâche que vous catégorisez dans votre tête comme des choses que vous n'aimez pas faire? Cette tendance s'appelle la procrastination.


Lorsque vous finissez par choisir de ne pas faire la tâche, non seulement vous devez payer le prix de ne pas avoir fait le travail, mais en plus vous souffrez de sentiments de culpabilité: "Je suis paresseux, etc."


Souvent, il devient clair pour nous, quand et après que vous avez finalement fait la chose, que c'était une question insignifiante, ou que le démon n'était pas si terrible. Nous allons nous attarder un peu sur le mot: "démon". Comme son nom l'indique, il s'agit bien de cela: c'est un démon! Ses origines sont les sentiments de peur et d'angoisse de ne pas faire face à la tâche qui nous attend que nous le gonflons comme un démon. Notre cerveau, qui fonctionne à une vitesse fulgurante, nous invente de plus en plus de "raisons", qui sont en fait des prétextes jusqu'à ce qu'il nous semble que c'est impossible, et que trop souvent, nous renonçons à le faire. Et qu'est-ce qu'un prétexte au juste? C'est lorsque nous rationalisons la chose rétrospectivement, en inventant des raisons apparemment logiques (mais en fait, qui ne résistent pas du tout à l'épreuve de la logique) pour justifier la décision que nous avions prise à l'avance de ne pas faire la chose.


Alors que faire contre cela?


Tout d'abord, la prise de conscience que nous ne faisons qu'inventer des prétextes et pourquoi est déjà une bonne chose.


Deuxièmement, il faut comprendre qu'il s'agit d'anxiété. Puis dans le billet "Comment gérer l'anxiété?", j'ai donné comme exemple: l'angoisse à cause d'un problème auquel nous sommes confrontés. J'ai dit qu'une recette efficace était de se poser la question: "Que peut-il nous arriver dans le pire des cas?" (Si vous voulez en savoir plus, lisez le billet). Contre le problème de la procrastination, quand on n'a pas envie de faire quelque chose, je me pose la question: "Qu'est-ce que me dit mon expérience sur la manière dont je vais me sentir après avoir fait ça?"


Exemples:


1. La décision: sortir du lit, se baigner et s'habiller.

Pendant des années, je restais assis longtemps et j'étais même en retard au travail au lieu de me lever. Dans ce cas, la réponse à cette question "Comment dans mon expérience, vais-je me sentir après avoir fait cette chose?". La réponse est qu'il s'agissait d'une chose anodine. Ceci éteint immédiatement mon anxiété (voir la métaphore de l'anxiéte comme un téléphone dans le billet "Comment gérer l'anxiété "), et je me lève sans aucun problème! (Ceci au lieu de me retourner dans mon lit avec des pensées négatives telles que: "Je suis trop fatigué pour me lever!".


Une petite note ici: il se peut que vous essayiez, chers lecteurs, cette méthode et qu'elle ne fonctionne pas pour vous la première fois, ou bien qu'elle fonctionne une ou deux fois et après cela vous reveniez aux pensées négatives. Ca m'est arrivé aussi! Mais, comme j'ai écrit dans le billet "Comment ai-je arrêté de fumer": d'abord, je ne me suis pas blâmé quand j'ai eu un tel échec, mais j'ai (dans ce cas, de me poser la question apaisante) tous les matins, jusqu'à ce que cela devienne un réflexe, une partie de moi-même.


2) La décision d'accomplir une tâche que nous nous sommes fixée.


Je prendrai pour exemple la décision d'écrire un article sur ce blog. Même après avoir su de quoi je voulais parler, il était difficile pour moi, au début, de m'asseoir devant mon ordinateur et de commencer à écrire. Là aussi, je ressentais de l'anxiété accompagnée de pensées sombres et de questions métaphysiques: "Pourquoi est-ce que je fais tout cela?", "J'écris des bêtises!", "Je m'expose trop!", "Je ne répète rien!", je n'apporte rien de nouveau. Je ne finirai jamais!"


Dans un premier temps, je me disais dans ce cas: mettons-nous au travail, dans le pire des cas (rappelez-vous la question: "Que peut-il nous arriver dans le pire des cas?"). Si mes questions étaient justes et fondées, je déciderai (mais cette fois je ne me sentirai pas coupable après cela , parce que ce sera une décision basée sur quelque chose) d'abandonner et de ne pas m'y engager à l'avenir.


Voici ce que m'a enseigné l'expérience, basée sur mes réponses à la question: "Comment dans mon expérience, je vais me sentir après avoir fait cette chose?": comme je l'ai écrit dans le billet "Comment travailler efficacement?", je ne travaille jamais plus de 45 minutes consécutives. J'ai réglé mon horloge à 45 minutes, pendant ce temps, je sais que je peux surmonter le problème du manque de concentration, et quand la sonnerie rédemptrice retentit, je me laisse quelques minutes pour terminer ce que j'étais en train de faire, et je prends une pause de 10 minutes. Je sais par expérience que si j'ai terminé ma tâche, dans ce cas écrire un billet, je suis content de moi, et même si je n'ai pas progressé ou à peine, je me dis: ça aussi c'est déjà quelque chose!


3) La décision d'abandonner une certaine activité.


Comme je l'ai indiqué dans l'exemple 2, je décide d'essayer à peu près n'importe quoi. Il y a mille et une choses où une ou deux tentatives ne se sont pas bien passées, mais ensuite la réponse à la question: "Comment mon expérience me dit-elle que je vais me sentir après avoir fait cette chose?", est-ce que je ne me sentirai pas bien et alors je décide simplement de ne pas le faire! Mais dans ce cas, je ne me cogne pas la tête contre le mur, en répétant cette expérience encore et encore dans le futur, et je ne me sens pas coupable de ne pas faire cette chose. Ainsi, par exemple, je suis arrivé à la conclusion que le ménage, la cuisine, le sport et des tas d'autres choses n'étaient décidément pas pour moi, et je me suis trouvé des solutions alternatives (utilisation des services de nettoyage, manger au restaurant, etc.).


Résumé:


Que faire contre la tendance à remettre les choses à plus tard, et parfois ne pas les faire du tout?


- Si c'est une tâche que nous faisons pour la première fois: essayez de le faire quand même.

Lentement, nous acquérons de l'expérience dans l'exécution de cette tâche et pouvons décider de l'éviter à l'avenir.

- Si nous avons décidé que cette tâche était pour nous, nous devons le faire les fois suivantes:

- Demandons-nous: "Comment, d'après mon expérience, vais-je me sentir après avoir fait cette chose?". Cette question "éteint" notre anxiété, et tous les prétextes qui en découlaient, et nous donne la force et la détermination de le faire.


Recent Posts

See All

Maelle Zk Bonjour, je me pose une question; quand je croise certaines personnes que je connais dans les couloirs de mon travail ils baissent la tête. Qu'est-ce que ça voudrait dire car j'ai l'impressi

Je souffre de problèmes de concentration depuis des années. Je n'ai jamais reçu le diagnostic de TDAH (Le Trouble Déficit de l'Attention/Hyperactivité), donc je n'ai jamais été traité spécifiquement p

On m’a envoyé un texte sur WhatsApp qui m'a beaucoup fait rire. Je l'ai envoyé à des amis. Ils ont adoré aussi. Après cela, j'ai envoyé à l'un de ces amis une réaction sérieuse sur ce que le texte imp

bottom of page